Culture et références

- LE MUSEE DE TRADITION DES FUSILIERS MARINS lance à l'occasion du centenaire de la création de la brigade de fusiliers marins de l'amiral Ronarc'h le projet d'une médaille commémorative marquant une des plus célèbres pages de l'histoire de la marine à terre.


+ pour en savoir plus

+ pour soucrire


- L'AMICALE NATIONALE DES FUSILIERS MARINS COMMANDOS (ANFMC) vous invite à souscrire à la création de la médaille commémorative, en hommage aux 177 fusiliers marins commandant du 1er BFMC, intégrés au 4ème commando franco-britannique qui débarqua à l'aube du 6 juin 1944, sur la place de Ouistreham.

+ pour en savoir plus et souscrire


FAMMAC - 16 bis Avenue Prieur de la Côte d'Or - CS 40300 - 94114 ARCUEIL Cedex - Tél 01 79 86 44 60 - Fax 01 79 86 48 43 | Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Mémoires de René Scouarnec

Premier livre écrit par René Scouarnec, officier des équipages et Houatais, sur l'histoire du Houat au XXème siècle.

Prix de vente : 25 € - Disponible en exclusivité :
- à Houat
- à Auray chez Horizon Bio, 37 rue Barré
- par courrier auprès de la petite fille de l'auteur Sylvie Verdi, 79 rue du Manio, 56000 Lorient
(+ frais d'envoi : 3€ en lettre simple ou 5,20 € en recommandé)
- sur eBay


Pour plus d'informations rendez-vous directement sur le site : www.histoiresdehouat.eu

- Musée National de la Marine - Palais de Chaillot - 17 place du Trocadéro - Paris 16ème


Le musée national de la Marine est un des vecteurs importants de diffusion de l'image du fait maritime en France. Il traite d'histoire, de techniques et des beaux-arts, mais il fait également le lien entre le passé et aujourd'hui en traitant de sujets d'actualité.
Au delà des expositions temporaires, le musée développe de nombreuses activités et événements tout au long de l'année, tant à Paris que dans les musées des ports à Brest, Port-Louis, Rochefort ou Toulon.
Enfin, il édite régulièrement de nouveaux livres ou créé de nouveaux programmes interarctifs.

Pour informer le public de tous ces événements, le musée édite régulièrment une lettre d'information électronique auquelle chacun peut s'abonner librement et gratuitement.

Rendez-vous sur le site www.musee-marine.fr pour vous inscrire.

Le site vous permet également d'accéder aux musées de la marine des ports : Brest - Lorient/Port-Louis - Rochefort et Toulon.

-
Musée de l'Armée - Hôtel national des Invalides - 129 rue de Grenelle -Paris 7ème

- Musée de l'Ordre de la Libération - Hôtel national des Invalides - 129 rue de Grenelle - Paris 7ème
Le musée qui a subi d'importants travaux de rénovation a réouvert ses portes au public depuis le 21 mai 2016.
Le billet d'entrée et les horaires d'ouverture sont comuns à l'ensemble du site de l'Hötel national des Invalides.
Vous pouvez devenir membre de l'association des Amis du musée de l'ordre de la Libération qui vous délivrera une contremarque qui donnera accès gratuitement aux différents musées et aux différents espaces des Invalides.

+ en savoir plus

- Musée de la Grande Guerre 1914-1918 à Meaux (Seine et Marne)

Depuis son inauguration par le Président de la République à l’occasion du 93e anniversaire de la commémoration de l’armistice du 11 novembre 1918, le Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux rencontre un vif succès populaire.
Ce nouvel haut lieu de l’Histoire mondiale a suscité dès son ouverture curiosité et intérêt auprès d’une large population, de tout âge, venue de la région mais aussi de la France entière et de l’étranger.
Musée d’histoire et de société, fort d’une collection unique en Europe,il démontre l’intérêt des français pour cette douloureuse page de leur histoire commune qui a posé les fondements du XXe siècle.


+ en savoir plus

- Musée Naval de Sarcelles (Val d'Oise)

Inauguré en 1993, ce musée créé par l'amicale de marins et marins anciens combattants de Sarcelles-Garches est une petite merveille où vous pouvez découvrir sur 150 m2 maquettes, photos et objets divers retraçant le passé maritime de la France.

L'entrée est gratuite.

+ en savoir plus (cliquez sur les liens suivants)
- aperçu salle d'exposition
- les heures d'ouvertures
- l'accès

-
Musée de l'Aéronautique navale de Rochefort sur Mer (Charentes Maritimes)

Animé par l'ANAMAN, l'Association nationale des amis du musée de l'Aéronautique navale regroupant d'anciens de la marine de l'armée de l'air, de l'armée de terre, de la gendarmerie et des civils passionnés, ce musée en pleine évolution est située dans l'enceinte de l'école de la gendarmerie.

Jaguar, Broussard, Beechcraft, Dakota, Super Etendard, Crusader...et bien d'autres modèles composent la collection réunie sous le hangar Dodin, lui-même historique et représentatif des premières architectures béton.
Des dirigeables de surveillance aux avions récents, c'est l'histoire de l'aéronautique navale que l'on raconte ici.
La présentation de plus de trente aéronefs, le plus souvent mis en dépôt par la marine nationale ou le musée de l'Air et de l'Espace , est complétée par la présentation des principaux types de moteurs, dont certains ont servi de supports pédagogiques, d'équipements divers (indicateurs, planches de bord, tenues de vol) et par l'une des plus belles collections françaises de maquettes. Le musée rassemble une bibliothèque d'un millier de volumes et une photothèque remarquable.
Il est possible, sur demande préalable, de visiter en groupe le musée sous la conduite d'un bénévole de l'association.
+ pour en savoir plus

 


- Musée du Mur de l'Atlantique à Audinghen Cap Gris Nez (Pas de Calais)

Plongez-vous au coeur de l'Histoire.
Découvrez le Mur de l'Atlantique dans un bunker qui fut construit à l'origine pour l'invasion de l'Angleterre.
Le Musée est installé au Cap Gris-Nez, endroit stratégique en raison de son plus court chemin entre l'Europe et les Iles Britanniques, dans l'un des quatre bunkers de la Batterie Todt, 7ème plus grosse construction du IIIème Reich qui abritait un canon de 380 mm et qui tirait sur l'Angleterre.
Tarif de groupe 2014 : 6,50 € par adulte

+ pour en savoir plus

Vous êtes à la recherche de livres de mer et d'aventure
(récits, littérature maritime ou de voyages, romans, histoire,...)

Vous pouvez vous rendre sur le site de la maison d'édition

La Découvrance et consulter son catalogue :

ladecouvrance.izibookstore.com

Amédée Courbet

Né à Abbeville le 26 juin 1827, le futur amiral entra dans la Marine à sa sortie de Polytechnique en 1849, après avoir été secrétaire d'A.Marrast pendant la Révolution de 1848.

Fasciné par les mers de Chine, il intègre la Royale dès 1849. Aspirant sur La Capricieuse, il sillonne océans Indien, Pacifique et côtes asiatiques.

Enseigne de vaisseau en décembre 1852, il fut remarqué par l'amiral Jacquinot et promu lieutenant de vaisseau en novembre 1856.

Il leva le plan de la rade de Biarritz où Napoléon III songeait à créer un grand port. En 1858, il embarque sur le Suffren puis en 1860 sur le Montebello. Excellent ingénieur, il parfait méthode de tir et artillerie lors de son passage à l'école de Canonnage.

Capitaine de frégate en août 1866, chef d'état-major de la division cuirassée de la Manche, il commanda en 1870 le Talisman aux Antilles et donna la chasse aux navires ennemis. Revenu en France, il fut chargé de rédiger un cours de tactique navale.

Capitaine de vaisseau en août 1873, il commanda en 1874 l'école des torpille de Boyardville dans l'Ile d'Oléron et se passionna pour cette arme nouvelle. Membre du Conseil des travaux, chef d'état-major de l'escadre de Méditerranée, il lfut nommé en juin 1880 gouverneur de la Nouvelle-Calédonie puis contre-amiral en septembre 1880. Son passage à Nouméa fut marqué par une oeuvre administrative importante; il s'efforça de développer l'agriculture en luttant contre la spéculation foncière; il lutta aussi contre la spéculation minière en obligeant les concessionnaires à exploiter leurs découvertes au lieu de les revendre avec profit.

Commandant, à son retour en France, une division navale d'essais constituée à Cherbourg, il fut nommé en 1883 à la tête de l'escadre des mers de Chine, renforcée à la suite de la mort de Francis Garnier. Il allait, dans ce poste, donner la mesure de son énergie et de son audace. En août 1883, il bloqua Hué et emporta d'assaut la citadelle, obligeant l'empereur d'Annam à la paix (Traité de hué, août 1883). Commandant en chef interarmées, il battit les Pavillons oirs et occupa Son-Tay et une partie du delta du Tonkin.

Victorieux des Pavillons noirs, il est pourtant remplacé par le général Millot en 1884.

Promu vice-amiral en mars 1884, il dirigea les opérations décidées contre la Chine à la suite de l'affaire de Langson, attaqua les forts de Fou-Tchéou, força les passes de la rivière Min et fit détruire par ses torpilleurs une partie de la flotte chinoise (février 1885), puis débarqua à Formose et s'empara de Kelung, de Makung et en mai des îles Pescadores.

Epuisé physiquement, et sans doute aussi moralement, par une campagne dont il n'avait pas tenu à lui qu'elle fut plus intelligemment menée et qu'elle aboutit à de meilleurs résultats, Courbet mourut à bord de son navire-amiral, le Bayard, en rade de Makung, le 11 juin 1885.

Le sabre de l'amiral Courbet fut déposé dans la chapelle "Marine" de la basilique du Sacré-Coeur de Montmartre. Dans son testament, il léguait "ses économies en espèces et ses valeurs mobilières" à la Société de sauvetage en mer en baie de Somme.

"il se montrait très avare de ce sang français. Ses
batailles étaient combinées, travaillées d'avance avec
une si rare précision que le résultat, souvent
foudroyant, s'obtenait toujours en perdant très peu des nôtres;
et ensuite, après l'action qu'il avait durement menée avec son
absolutisme sans réplique, il redevenait un autre homme,
très doux, s'en allant faire la tournée des ambulances, avec
un bon sourire triste. Il voulait voir tous les blessés, même
les plus humbles, leur serrer la main, et eux mouraient
plus contents, plus réconfortés par sa visite"

Monument funéraire de l'amiral

ce monument funéraire dédié à la mémoire de l'amiral COURBET, a été restauré en 2008. Les travaux ont été financés à part égales par la municipalité d'Abbeville, le Souvenir Français et la FAMMAC. La participation de la fédération incluait également les nombreux dons reçus par les amicales de la région Nord-Picardie, la municipalité de Cayeux sur Mer, le commandant de la frégate COURBET qui perpétue aujourd'hui dans la marine le nom de cet illustre marin, l'amiral (2s) LEJEUNE et bien d'autres généreux donateurs .... qui ont permis de redonner à ce monument magnifique toute sa splendeur.

 

ASSOCIATION POUR LA RECHERCHE DE DOCUMENTATION SUR
L'HISTOIRE DE L'AERONAUTIQUE NAVALE


Association, loi 1901, qui a pour objet de favoriser la connaissance, la recherche et la collecte de documents et témoignages au profit de travaux sur l'histoire de l'Aéronautique navale française.

Vous pouvez consulter le site : www.aeronavale.org

 

LE DRAPEAU, symbole, tradition, emblème...!

drapeau français

La tradition du drapeau existe depuis des millénaires mais son origine demeure obscure.

Certains auteurs la situe dans les peintures rupestres qui ornaient les murs des cavernes de la préhistoire. Principalement lié à la guerre, il est impossible de dater avec précision le moment où apparut le drapeau. L'un des plus anciens est l'étendard métallique de la Perse, vieux de 5.000 ans.

Tout montre que l'idée du drapeau est inhérente au besoin profond de l'homme pour se situer viscéralement et affectivement. Il lui est nécessaire pour son équilibre de se distinguer des autres, tout en appartenant à un groupe. Le drapeau est sa prise de terre, son code de reconnaissance et de ralliement, sa raison de donner le meilleur de lui-même.

Il ne devint un emblème national que dans une période avancée de notre histoire. C'est le dix-huitième siècle qui le consacra à ce haut rang.

Les drapeaux étant comme les hommes, pourquoi n'y en aurait-il pas d'excessifs :
- d'une seule couleur, symbolisant des idées fortes;
- le blanc est à l'évidence le plus pacifique;
- le rouge est associé aux époques les plus troubles, les plus tumultueuses de l'histoire de l'homme. Les protestataires de mai 1968 n'inventaient rien en arborant le drapeau rouge. Il est le symbole de la protestation populaire et de l'insurrection;
- le noir, excessif par excellence, ne représente aucun pays, aucune patrie, aucun gouvernement. On l'associe aux hors la loi et à la mort.

En France, la fleur de lys fut l'un des premiers emblèmes français. Puis vint le drapeau tricolore : bleu, blanc, rouge.

Tout commença avec la Révolution française.

Les trois couleurs sont apparues à différents moments de l'histoire :
- le blanc, la couleur des Bourbons, drapeau de Jeanne d'Arc et de la maison d'Orléans;
- le bleu, la chape de Saint Martin, couleur de la bannière de Clovis, emblème de la monarchie qui devint enseigne de la dévotion. De Clovis à Charles X, le manteau royal était bleu, symbole de loyauté et de fidélité;
- le rouge, symbole de l'autorité temporelle de Charlemagne, empereur du Saint-Empire, couleur de la croix qui figurait sur les drapeaux des Croisés. En fait, bien avant la Révolution française, chacune de nos trois couleurs fut l'emblème national.

Quelques jours après la prise de la Bastille, Louis XVI se rendit à l'hôtel de ville où le maire Bailly lui présenta la cocarde révolutionnaire bleue et rouge qu'il épingla sur la cocarde de couleur blanche. Ainsi naquit le trocolore français qui, finalement, est le téléscopage de la Royauté et de la Révolution.

Ces trois couleurs symbolisent l'unité de la Nation, la réconciliation entre le Peuple et le Roi et les trois ordres : le Clergé, la Noblesse et le Tiers Etat. On s'empressa de brûler et de remplacer les anciens drapeaux.

La Marine avait son mot à dire. Bien des tractations eurent lieu entre l'Assemblée Nationale, Mirabeau, le contre-révolutionnaire Foucault et le Comité de Salut Public.

Enfin, l'on promulgua un nouveau décret le 27 pluviôse an II qui précisa en son article 2 que : "le pavillon national sera formé des trois couleurs nationales disposées en trois bandes égales posées verticalement, de manière que le lbleau soit attaché à la gaule du pavillon, le blanc au milieu et le rouge flottant dans les airs".

Ainsi c'est grâce à la Marine que depuis 1794 le drapeau tricolore a la forme que nous lui connaissons aujourd'hui.

Pour bien comprendre les différentes étapes de notre drapeau, il convient de préciser que :
- en 1792, le 17 septembre, c'est l'obligation de porter la cocarde tricolore;
- en 1792, le 28 novembre, les régiments et bataillons doivent faire disparaître tout ce qui rappelle la royauté;
- en 1812, Napoléon fit adopter officiellement (une nouvelle fois) les bandes verticales;
- en 1814, la Restauration rétablit la cocarde blanche;
- en 1815, pendant les Cent jours, réapparition du tricolore;
- puis, à nouveau, drapeau des Bourbons avec Louis XVIII;
- Révolution de 1830 : le roi citoyen Louis Philippe reprend le drapeau tricolore surmonté du coq gaulois;
- Louis Philippe renversé, la Deuxième République, par un curieux paradoxe, supprime les trois couleurs. Les révolutionnaires tentent d'imposer le drapeau rouge mais le poète Lamartine, alors ministre des Affaires étrangères, s'interpose et réussit à rétablir à nouveau nos trois couleurs;
- de mars à mai 1871, les Fédérés, sous la Commune, ressortirent le drapeau rouge;
- depuis ces sanglants événements, malgré 1936 et 1968, le drapeau tricolore s'est imposé.

Certains chefs d'Etat firent apparaître l'emblème le plus représentatif de leur démarche dans la bande blanche :
- Napoléon III : l'aigle et les abeilles;
- Pétain : les étoiles et la francisque;
- de Gaulle : la croix de Lorraine.

En conclusion, derrière la génèse et l'évolution du drapeau national, se profilent toutes les grandes étapes de l'histoire de notre pays, avec ses oppositions, ses contradictions et ses espérances, mais
un lien commun nous rassemble, nous regroupe : notre drapeau.



Vous pouvez consultez directement en ligne le catalogue de cette librairie spécialisée dans l'édition d'ouvrages, de magazines et autres articles portant sur les différentes marines (de guerre, marchande et de pêche) ainsi que sur l'aéronautique, l'océanographie, les conflits et stratégies, ou encore les beaux-arts, la cuisine, les loisirs et l'enseignement.

La catalogue de la librairie propose près de 600 produits

Vous y trouvez une description détaillée de tous les livres et vous pouvez passez directement votre commande.


www.marines-editions.com

éditeur de l'affiche "LA MARSEILLAISE" , hymne national français. (modèle déposé)

Cette affiche, exceptionnellement belle, est déjà 'très présente dans un grand nombre d'Administrations civiles et militaires, d'Ambassades françaises et étrangères, d'Associations, de Consulats, d'Etablissements d'enseignement, de Gendarmeries, de Mairies, de Musées, de Préfectures et de Sous-Préfectures.


FRANCE-LIVRES - B.P. 75088 - 31504 TOULOUSE CEDEX 5
TEL: 06.81.50.16.20 - FAX 05.34.56.80.96


A télécharger et imprimer : - Conditions et modalités - Bon de commande

Affiche *La Marseillaise*

Sous-catégories